NOM: SOARE

PRENOM: Elena

Date et lieu de naissance: 24.08.1971, ADJUD (ROUMANIE)

Etat civil: mariée, deux enfants

Domicile: Strada Gruiul Argesului, 3, Bl. 31B, Sc. 3, Et. 2, Ap. 22, Bucarest, Sector 3

Tél.: (00 40) 16 48 68 47

mobile: (00 40) 95 89 12 16.

e-mail: esoare@eq.lls.unibuc.ro

Profession: enseignant (maître-assistant)

Lieu de travail: Faculté des Langues et Littératures Etrangères, 5-7, rue Edgar Quinet,

70 106, Bucarest

Tél./Fax: (00-40) 21 312 13 13

 

( Formation

Titres universitaires français :

 

Diplôme :

DOCTORAT

Titre :

"Le supin roumain et la théorie des catégories mixtes"

Mention :

Très honorable avec félicitations (à l'unanimité)

Date de soutenance :

13 décembre 2002

Lieu de soutenance :

Université Paris VII - Denis Diderot

Directeurs de thèse :

Carmen Dobrovie-Sorin (Univ. Paris VII)

 

Alexandra Cunita (Univ. Bucarest, co-directeur)

Composition du jury :

Alain Rouveret (Université Paris VII, président)

 

Liliane Tasmowski (Univ. Anvers, rapporteur)

 

Gabriela Pana Dindelegan (Univ. Bucarest, rapporteur)

 

Alexandra Cornilescu (Univ. Bucarest, examinateur)

 

 

Diplôme :

DEA de Linguistique formelle, théorique et automatique

Titre:

Le supin roumain entre le Nom et le Verbe

Année :

1996

Lieu :

Université de Paris VII

Directeur de mémoire:

Carmen Dobrovie Sorin (Univ. Paris VII)

Mention :

Très bien (18/20)

 

 

Diplôme :

Maîtrise de sciences du langage

Titre:

La concession en français et en roumain

Année :

1994

Lieu :

Université de Paris VII

Directeur de mémoire:

Hélène Huot (Univ. Paris VII)

Mention :

Très bien (18/20)

 

 

 

 

Qualification:

Maître assistant

Année:

2002

Lieu:

Département d'Etudes Françaises (Université de Bucarest)

 

 

 

 

Qualification:

Assistant

Année:

1998

Lieu:

Département d'Etudes Françaises (Université de Bucarest)

 

 

 

 

Titre :

Pensionnaire scientifique étranger

Allocation d'études en linguistique obtenue par concours national, été 1993 - programme SAFE (5 places par an en Sciences Humaines)

Lieu :

Ecole Normale Supérieure de Fontenay/St-Cloud

Années :

septembre 1993 - juillet 1995

 

 

 

 

Diplôme :

Maîtrise de langues et littératures étrangères (études françaises et roumaines)

Année :

1995

Lieu :

Université de Bucarest

Mention :

Très bien

 

 

 

 

Diplôme :

Baccalauréat scientifique (C)

Année :

1989

Lieu :

Lycée Sanitaire (Pitesti)

Mention :

Très bien

 

  • TRAVAUX :

 

 

 

  • Publications :

 

 

 

2003

« Adjectifs et adverbes évaluatifs; de la syntaxe à la pragmasémantique », avec Violeta Vintilescu, à paraître in Actes du Colloque "L'Adverbe" de l'Université d'Arras.

 

2002

« The Romanian Supine and Adjectival Complementation. Tough Constructions », avec Carmen Dobrovie-Sorin, in University of Bucharest Review. Bucharest Working Papers in Linguistics, Université de Bucarest, Vol 4, N° 1/2002, Syntax and Phonology.

 

 

2002

« Noms d'action : éléments pour une étude comparée», in Actes du Colloque des doctorants francophones, Toma, D, Gîrbea, C, Cotea, L (éds) Universitatea Bucuresti, Editura Credis, pp. 105 - 113

 

 

2002

« Relative non standard in franceza si româna - elemente pentru o gramatica comparata a "greselilor" (Relatives non standard en français et en roumain - éléments pour une grammaire comparée des "fautes")», à paraître in Actele Colocviului Catedrei de Limba Româna, Facultatea de Litere a Universitatii Bucuresti

 

 

2001

« Constrângeri asupra complementarii non finite în franceza si în româna (Contraintes sur la complémentation non finie en français et en roumain», in Actele Colocviului de Limba Româna, Editura Universitatii Bucuresti

 

 

2001

« Timp non finit sau absenta timpului? Observatii asupra folosirii modurilor non personale în franceza si în româna (Temps non fini ou absence de temps? Remarques sur l'usage des modes non personnels en français et en roumain», in Timpul si timpurile, Editura Cavaliotti, Bucuresti

 

 

2001

«Le subjonctif dans les subordonnées concessives en français et en roumain», in Hommage à Teodora Cristea, Editura Universitatii Bucuresti

 

 

2000

«Le supin roumain: un exemple d'emprunt terminologique grammatical», in Cahiers de l'Arches, n°1

 

 

2000

« Getting Tough again. Quelques remarques sur les constructions du type facile à dire en français et en roumain», in University of Bucharest Review. Bucharest Working Papers in Linguistics, Vol. I, N°1/2000, Syntax and Phonology

 

 

1999

«Le problème de la créativité dans la langue», in Actes de l'Ecole d'Eté sur L'invention, l'innovation et la créativité dans les sciences sociales, Casa Cartii de Stiinta, Cluj

 

 

1998

«Tough without movement - remarques sur les constructions du type facile à dire en français et en roumain» à paraître dans Studii si Cercetari Lingvistice, Bucuresti, Editura Academiei

 

 

1996

«Le supin roumain - une possibilité d'analyse», in Cahiers de linguistique théorique et appliquée, XXXI / 1994, Editura Academiei Române, Bucuresti, pp. 63-75

 

 

1995

«Quelques remarques sur la concession en roumain et en français», in Revue Roumaine de Linguistique

  • Participations à des colloques / rencontres :

 

 

 

Colloque des Doctorants Francophones de l'Université de Bucarest

juin 2002

Noms d'action - éléments pour une étude comparée [communication orale, 30 mn]

 

 

Colloque du Département d'Anglais de l'Université de Bucarest

juillet 2001

Some ambiguities in the Romanian Supine, [communication orale, 30 mn]

 

 

Colloque de la Faculté de Langues Etrangères de l'Université de Bucarest

juillet 2001

Temps ou absence de temps? Remarques sur l'usage des formes verbales non finies en français et en roumain

[communication orale, 30 mn]

 

 

Colloque du Département de Langue Roumaine de l'Université de Bucarest

septembre 2001

Contraintes sur la complémentation verbale non finie en roumain et en français

[communication orale, 30 mn]

 

 

 

 

Ecole d'Eté en Sciences Humaines - ENS Fontenay/Saint-Cloud - Université de Cluj

juillet 1999

Le problème de la créativité dans la langue

[communication orale, 30 mn].

 

 

Rencontres de l'Atelier des Doctorants en Linguistique de l'Université de Paris VII

décembre 1998

Remarques sur les constructions à Tough Movement en français et en roumain

[communication orale, 30 mn]

 

 

 

 

  • Activités en matière d'enseignement :

à l'Université de Bucarest

 

Total : plus de 2000 heures

 

 

2002 - 2003

Maître assistant au Département d'Etudes Françaises (Faculté de Langues et Littératures Etrangères, Université de Bucarest).

1998 - 2002

Assistant au Département d'Etudes Françaises (Faculté de Langues et Littératures Etrangères, Université de Bucarest).

1996 - 1998

Préparateur au Département d'Etudes Françaises (Faculté de Langues et Littératures Etrangères, Université de Bucarest).

 

Je travaille depuis 1996 dans le cadre du Département d'Etudes Françaises de l'Université de Bucarest. D'abord comme préparateur (assistant stagiaire), ensuite comme assistant et actuellement comme maître assistant, j'ai travaillé avec des étudiants de tous niveaux DEUG 1, DEUG 2, licence et maîtrise.

Dès le début de mon activité enseignante, j'ai été chargée d'assurer, en plus des séminaires de travaux pratiques (analyse de texte, rédactions, thème - version), des travaux dirigés des cours de Syntaxe et Morphologie du français. Les travaux dirigés visent, pour les premières années, à créer chez les étudiants des compétences d'analyse linguistique, notamment syntaxique, dans le cadre de l'Analyse en Constituants Immédiats. Pour les deuxièmes années, l'enseignement est centré sur la Phrase Modalisée, en abordant les problèmes de syntaxe et de sémantique liés à la modalité sous ses différentes expressions linguistiques.

Dans le cadre de cet enseignement, j'ai été amenée à donner des cours et des TD en linguistique à des niveaux très différents, à partir de l'enseignement des notions de base (DEUG I et II) jusqu'aux séminaires de recherche dans le cadre des enseignement de DEA (de linguistique théorique et de linguistique française) où j'ai été invitée à intervenir.

Pendant les deux dernières années de mon enseignement, on m'a demandé d'enseigner dans le cadre de la section de Langues Modernes Appliquées; à cette occasion, j'ai été amenée à repenser les disciplines enseignées pour une filière orientée notamment vers la traduction.

J'ai pris part également à l'organisation et au déroulement des concours d'admission à la Faculté de Langues et Littératures Etrangères, ainsi que dans d'autres activités concernant le contrôle et la validation de l'activité des étudiants.

 

 

 

 

  • Eléments d'enseignement assurés

 

 

Morphologie du français (CM - TD)

 

DEUG I Lettres Modernes

 

Responsable: A. Cunita

 

 

Ce cours, proposé aux étudiants en première année de Langues Modernes, est consacré à la morphologie flexionnelle ou grammaticale. Etant donné que les étudiants roumains connaissent les éléments de base de la grammaire du français, il s'agit moins de les familiariser avec la pure description des variations formelles des parties du discours, que de les habituer avec le type de raisonnement proprement linguistique. De ce fait, j'ai essayé de les entraîner à travailler avec la notion de test linguistique, afin de mettre en évidence les différentes propriétés des unités analysées. La perspective de description est l'Analyse en Constituants Immédiats, enrichie avec des éléments empruntés aux développements ultérieurs de la grammaire générative, en donnant la possibilité d'enchaîner avec un enseignement plus spécifique de ses derniers modèles. Dans ce type d'enseignement, on met en évidence le rôle des catégories grammaticales dans le fonctionnement de la phrase, par exemple pour la catégorie du Temps comme projection de celle-ci.

Ce cours étant destiné à des étudiants qui ont d'autres langues pour première spécialité, j'ai accentué dans mon enseignement la perspective comparative, en faisant appel à leurs autres connaissances linguistiques.

Auteurs utilisés: Benveniste; Chomsky, Cunita - Visan; Gardes-Tamine; Riegel, Pellat et R. Rioul.

 

Morphologie du français (CM - TD)

 

DEUG I LMA

 

Responsable: A. Cunita

 

 

Ce cours est destiné aux étudiants en deuxième année de Langues Modernes Appliquées, ayant pour double but une mise à niveau linguistique et l'introduction d'un minimum de compétences en matière d'analyse linguistique. Le cours se propose une description du système flexionnel français, nominal et verbal, en introduisant les parties du discours et leurs catégories grammaticales spécifiques. Une attention particulière est accordée aux travaux dirigés, qui comportent des exercices d'identification et de manipulation grammaticale, ainsi que des exercices classiques de grammaire. Le cours essaie d'établir des liens entre la description grammaticale et l'analyse linguistique d'une part et les compétences nécessaires notamment en traduction, ainsi que de travailler sur des problèmes liés à la communication. J'ai également insisté sur les aspects qui rendent compte sur la cohésion textuelle qui sont étudiés à ce niveau, tels que l'anaphore.

Auteurs utilisés: Cunita - Visan; Maingueneau; Riegel, Pellat et R. Rioul

 

 

 

Syntaxe du français (CM - TD)

 

DEUG II LMA

 

Responsable: A. Cunita

 

 

Ce cours est destiné aux étudiants en deuxième année de Langues Modernes Appliquées, et fait suite au cours de Morphologie qui leur a été proposé en première année (v. supra). Le cours continue la description du système linguistique, en passant de l'étude des parties du discours et de leur variation formelle à la description de leurs fonctions au niveau de la phrase à l'aide de l'Analyse en Constituants Immédiats.

La première partie du cours est consacrée à l'analyse de la phrase simple, qui représente l'élément de base en syntaxe. A l'aide d'exercices d'observation et de manipulation, on essaie d'amener progressivement les étudiants à une définition formelle de la phrase en tant qu'assemblage d'éléments définis par leur nature (ils appartiennent à différentes classes de mots) et par leur fonction (ils jouent des rôles spécifiques dans l'organisation de la phrase). Le pas suivant consiste à faire comprendre aux étudiants la notion de structure: en effet, la possibilité même de déterminer la fonction d'un élément dans une phrase implique l'idée que la phrase n'est pas une simple juxtaposition de mots, mais une structure qui détermine des contraintes sur les types d'unités dont elle se compose et sur leurs combinaisons respectives. A partir de ces hypothèses, qui constituent les bases de l'analyse syntaxique, on passe en revue quelques fonctions: sujet, COD, COI, attribut du sujet / du COD, complément circonstanciel, complément adverbial.

Auteurs utilisés: Cunita - Visan; Maingueneau; Riegel, Pellat et R. Rioul

 

Introduction à la syntaxe formelle (cours-atelier)

 

DEA de Linguistique Théorique

 

Responsable: A. Cornilescu

 

 

Ce cours fait partie du module d'études approfondies ("masterat") dispensé à la Faculté de Lettres. C'est un DEA interdisciplinaire mis en place depuis quelques années, ouvert à des étudiants venant de filières de Lettres, Philosophie et Mathématiques. Il est centré sur les modèles formels de description de la langue et il se développe sur deux ans.

L'objectif poursuivi est d'introduire les étudiants aux modèles génératifs, notamment au modèle du Gouvernement et du Liage (Chomsky 1981), avec une ouverture vers les modèles plus récents, Principes et Paramètres et le Programme Minimaliste. En un premier temps, on présent les modules de la grammaire telle qu'elle est conçue dans le modèle GB: la théorie des rôles thématiques, la théorie du Cas, la théorie du Gouvernement et la théorie du Liage. J'ai proposé des applications sur le roumain et les autres langues connues par les participants au séminaire et on propose aux étudiants la lecture et le commentaire d'articles importants pour le développement récent de cette théorie, tel que l'article de J-Y Pollock (1998).

Auteurs utilisés: Chomsky; Cornilescu; Pollock; van Riemsdijk et Williams.

 

 

Phrase modalisée (TD)

DEUG II Etudes Françaises

Responsable: M. Tutescu

 

 

 

Ce TD s'adresse aux étudiants en deuxième année de Lettres modernes, et fait suite au cours de syntaxe, étant vu comme un deuxième volet de la syntaxe française. On travaille sur la notion de modalité, avec ses deux volets: modalités de l'énoncé et modalités de l'énonciation.

Dans un premier temps, on travaille sur la notion générale de modalité, en suivant son développement dans la pensée linguistique ainsi que dans les modèles logiques dans lesquels elle a été mise au point, à commencer par les carrés logiques d'Aristote, en allant jusqu'aux travaux modernes de Robert Martin sur les modalisateurs. Après cette partie introductive, on aborde les chapitres principaux des éléments réalisant la modalité en langue naturelle: le temps et le mode verbal, les auxiliaires modaux, les adjectifs modalisants, les adverbes modaux. On aborde finalement le chapitre de la modalité de l'énonciation, en travaillant surtout les problèmes posés par l'interrogation, l'exclamation, l'injonction et la négation.

Ce cours revient sur des questions de syntaxe qui n'ont pas pu être approfondies dans le premier cours de syntaxe pour la deuxième année, comme les questions concernant le comportement des auxiliaires modaux ou la typologie des adverbes modalisateurs et les tests qui les distinguent des simples adverbes de constituant. En même temps, ce cours et le TD associé nécessitent l'introduction des notions de pragmatique telles que les actes de parole ou la notion de force illocutoire. C'est donc un bon moment aussi pour habituer les étudiants au travail avec des notions appartenant aux différents champs de la linguistique, et à une description qui prend en compte aussi bien le niveau syntaxique que les niveaux sémantique et pragma-sémantique.

Auteurs utilisés: Cristea, Cervoni, Greimas, Guimier, Martin, Nølke, Tutescu

 

Morphosyntaxe du français (TD)

 

DEUG I Etudes Françaises

 

Responsable: A. Cunita

 

 

Ce cours, proposé aux étudiants en première année d'Etudes françaises, est consacré à la morphosyntaxe du français. C'est le deuxième volet de description du français, qui fait suite à la phonétique et phonologie du français, enseignées en premier semestre. Le but est, en plus de l'approfondissement des mécanismes de la grammaire du français, de donner une description de la composante syntaxique de la langue. On part des catégories grammaticales caractéristiques des différentes parties du discours, pour arriver à des mécanismes plus généraux de la langue, en passant par les propriétés syntaxiques des groupes de mots. On adopte le modèle de l'Analyse en Constituants Immédiats, mais on n'exclue pas les recherches actuelles en linguistique, selon le modèle des grammaires universitaires du français. Le TD essaie également de susciter, par la lecture et le commentaire d'articles des revues de spécialité (notamment Langages et Linguistique et Langue Française), l'intérêt pour la recherche proprement linguistique.

Auteurs utilisés: Benveniste; Chomsky, Cunita - Visan; Gardes-Tamine; Riegel, Pellat et R. Rioul.

 

 

 

 

  • Activités en matière de recherche :

 

Formation

 

Ma formation en linguistique a été parachevée dans l'université française, même si mon intérêt pour la linguistique est antérieure à mes études en France. J'ai été acceptée, à la fin de ma troisième année d'études universitaires à la Faculté de Langues et Littératures Etrangères de l'Université de Bucarest (été 1993), au concours national pour une allocation d'études en tant que pensionnaire scientifique étrangère de l'Ecole Normale Supérieure de Fontenay/St. Cloud. Pendant cette année universitaire j'ai préparé une maîtrise de Sciences du Langage sous la direction de Madame Hélène Huot, de l'Université de Paris VII - Denis Diderot. Le mémoire portait sur la subordonnée concessive en roumain et en français.

 

Un an après, j'ai entamé un DEA de Linguistique Théorie et Formelle dans la même université, avec cette fois pour directeur de recherche Madame Carmen Dobrovie-Sorin, dont j'ai suivi le cours de maîtrise et de DEA pendant ma première année d'allocation. Son intérêt pour la grammaire comparée des langues romanes, et surtout ses travaux sur le roumain dans le cadre de la grammaire générative m'ont encouragée à travailler dans le même champs et sous sa direction. Ce DEA, qui m'a valu une mention Très Bien, sera le point de départ pour la thèse, qui approfondira le champs déjà ouvert et déblayé par le mémoire de DEA.

 

Pendant les deux ans passés dans le cadre de l'E.N.S de Fontenay/ St.-Cloud j'ai eu l'occasion de suivre plusieurs cours et séminaires aussi bien dans le cadre de l'Université Paris VII (notamment les cours de Carmen Dobrovie-Sorin, Jean-Claude Milner, Hélène Huot, Jean-Marie Marandin, Bernard Cerquiligni) qu'aux universités de Vincennes / Saint-Denis (le cours d'Alain Rouveret), de Paris III (le cours de Georges Rebuschi) et de Nanterre (le cours de Jacqueline Guéron).

 

L'Université de Paris VII a représenté pour moi l'occasion également d'assister aux travaux de plusieurs colloques en grammaire générative, surtout ceux du Colloque de Syntaxe et de Sémantique de Paris. J'ai également participé à des réunions de jeunes linguistes, comme ceux de la Jeune Equipe conduite par Jacqueline Guéron.

 

En tant que pensionnaire à l'ENS Fontenay/Saint-Cloud, j'ai eu comme tuteur Christiane Marchello-Nizia et j'ai profité de différents enseignements dispensés à l'Ecole.

 

Par la suite, j'ai bénéficié de l'allocation de recherche accordée par les Gouvernement Français pour la co-tutelle de thèse, qui m'a permis de continuer ma formation en France, en même temps que de satisfaire à mes obligations professionnelles à l'Université de Bucarest. J'ai été co-optée dans le programme de coopération universitaire mis en place entre l'Académie Roumaine, l'Université de Bucarest et le CNRS, ce qui m'a permis d'entamer la rédaction de plusieurs chapitres de ma thèse, ainsi que de quelques articles publiés par la suite dans les revues de l'Académie Roumaine. J'ai participé avec des communications aux Rencontres de l'Atelier des Doctorants en Linguistique (ADL) de Paris VIIet en Roumanie, aux Ecoles d'Eté en Sciences Sociales organisées par les ENS et l'Ambassade de France à l'intention des pensionnaires roumains aux ENS (programme SAFE).

 

Mes intérêts en linguistique concernent notamment la syntaxe comparée des langues romanes, au niveau de la structure générale de la phrase et de l'utilisation des formes verbales non finies. Actuellement, je fais partie du collectif d'élaboration d'une grammaire scientifique du roumain, Romanian Reference Grammar, qui sera éditée par Martine Coene et Giuliana Giusti. Le travail de coordination est assuré par Martine Coene, Giuliana Giusti, Carmen Dobrovie Sorin et Gabriela Pana Dindelegan.

 

Travaux

 

Thèse de doctorat

 

2002

Le supin roumain et la théorie des catégories mixtes

 

 

RÉSUMÉ COURT

Cette thèse étudie la distribution et les propriétés de la forme appelée "supin" dans la grammaire traditionnelle du roumain, dans le cadre de la grammaire générative et dans une démarche comparative. Dans l'analyse proposée, le supin et le participe roumain sont un seul item lexical. Le statut du supin n'est pas mixte, mais verbal ou nominal en fonction du contexte. On montre que le participe - supin y compris - repose sur une opération d'externalisation de l'argument interne, qui se réalise différemment selon les environnements syntaxiques. Cette proposition sert aussi à expliquer certaines propriétés spéciales de la nominalisation du participe. On étudie le statut des domaines maximaux du supin: Groupe Prépositionnel ou Proposition non finie, et la structure des propositions participiales dont le "supin verbal" est générateur, qui sont d'un type particulier, à statut d'argument ou de prédicat, que l'auteur étudie dans le détail.

MOTS CLES: noms verbaux, catégories mixtes, nominalisations, temps non fini, participe, infinitif, supin, proposition non finie, proposition réduite, complémenteur non fini, restructuration, relatives réduites, construction Tough, opérateur nul, prédication, déplacement de PRO.

 

Principales publications

2003

« The Romanian Supine and Adjectival Complementation. Tough constructions», avec Carmen Dobrovie-Sorin, in Bucharest Working Papers in Linguistics, Tome 4, pp. 121-131.

 

 

RESUME

Cet article, basé sur Negoita-Soare (2002), Chapitre 7, se propose d'élucider quelques différences entre les constructions du type "facile/difficile + à + Infinitif / Supin" en français et en roumain, et notamment un contraste concernant l'accord du prédicat adjectival "facile/difficile".

Cette différence est corrélée avec le statut de ce prédicat, qui est adverbial en roumain: une différence qui ne reste pas au niveau morphologique, mais affecte la structure syntaxique et la composition sémantique des tours analysés. Les prédicats en question, "sous-catégorisateurs disjonctifs" dans la mesure où ils peuvent se combiner avec des N et avec des (petites) propositions mais pas avec les deux en même temps, donnent lieu à des structures tout à fait différentes en français et en roumain. De ce fait, les contrastes signalés sont à mettre en rapport avec la complémentation adjectivale. Les prédicats Tough en roumain se démarquent de la complémentation adjectivale, en étant des adverbes qui occupent une position Spec à l'intérieur du vP qui domine le supin.

Le choix de l'adverbe est une stratégie syntaxique qui permet d'éviter le conflit entre les exigences des adjectifs Tough concernant la relation entre l'Expérienceur et l'Agent, et le supin, qui ne peut pas projeter un Agent. En ce qui concerne la structure interne du supin, les auteurs proposent de rejeter une analyse par mouvement A', et d'adopter une structure avec PRO sujet correspondant à l'argument interne du supin, généré en position sujet de la Small Clause avec supin, qui se déplace dans la position Spec, CP.

 

 

2003

« Noms d'action: éléments pour une étude comparée», in Actes du Colloque des doctorants francophones, Dolores Toma, Catalina Gîrbea et Lidia Cotea (éds), Ed. Credis, Universitatea Bucuresti, pp. 105 - 113.

RESUME

Cet article discute des cas de nominalisation du roumain qui posent problème pour la description et qui font figure à part dans le paysage de la dérivation déverbale dans d'autres langues. On a effectivement proposé que les noms de ce type se distinguent des verbes par l'absence de l'argument externe au niveau de la structure argumentale. Or, le roumain montre (cf. Cornilescu (1999 et passim.) que les noms d'action héritent la structure argumentale des verbes de départ. En ce sens, le supin nominal montre que les noms d'action sont plus proches des verbes que ce que l'on croyait; la différence peut probablement se traduire en termes d'aspect à l'intérieur du N.

On propose que la différence aspectuelle entre ces dérivés est sous-tendue par une différence au niveau de la structure syntaxique des suffixes de supin et d'"infinitif long": les nominalisations du supin passent par la projection de l'argument interne qui est ensuite externalisé. Une preuve en ce sens est apportée par l'interprétation habituelle qui est propre des nominalisations du supin réalisées à partir des verbes inaccusatifs, qui attestent de l'inergativisation préalable de ces verbes, suite à quoi la nominalisation peut s'appliquer.

Pour rendre compte de toutes ces distinctions, une théorie plus fine des parties du discours serait nécessaire: l'on devrait ainsi, en premier lieu, poser l'existence de degrés plus fins de la nominalisation: de noms verbaux à des noms d'action et à des noms résultatifs. Pour rendre compte de la réalisation des arguments à l'intérieur des GN événementiels étudiés, l'on devrait partir de l'idée que la nominalisation a accès à des étapes différentes de la lexicalisation des arguments, et qu'elle peut également survenir suite à des opérations lexicales portant sur les arguments.

 

 

1996

« Sur le supin roumain: une possibilité d'analyse», in Cahiers Roumains de Linguistique Théorique et Appliquée, Tome XXXI/1994, pp. 63-75.

 

RESUME

Dans cet article, on propose une nouvelle approche du supin roumain, une forme considérée dans la tradition grammaticale tantôt comme verbale, tantôt comme nominale. En se démarquant de cette tradition, l'auteur délimite, dans le cadre de la grammaire générative (modèle dit des "Principes et Paramètres"), les emplois verbal et nominal. On propose également une analyse plus attentive des contextes de cette forme participiale, en se basant aussi sur les propositions faites dans la littérature pour l'analyse d'autres formes appelées verbo-nominales, comme le gérondif anglais, le masdar arabe et le nom verbal gallois.

L'hypothèse défendue est que le supin est non pas une forme "mixte", mais une forme désambiguïsée contextuellement. Le supin "verbal" semble être formé à partir d'une forme neutre, participiale, qui a ses arguments saturés dès le lexique. Tous les arguments du "supin" sont "suspendus", et tous ses compléments sont des adjoints argumentaux, ce qui explique leur caractère optionnel.

 

Projets en cours

 

Elaboration de Romanian Reference Grammar, ouvrage collectif

Je suis actuellement co-optée dans un collectif international d'élaboration d'une grammaire scientifique du roumain, d'orientation générative, Romanian Reference Grammar, qui paraîtra probablement chez Benjamins, sous la direction de Carmen Dobrovie Sorin (CNRS-Paris VII), où je suis chargée des chapitres concernant les propositions non finies (infinitif et supin).

 

Elaboration d'un CD-rom pour l'apprentissage du français - niveau avancé

Dans le cadre du Département d'Etudes Françaises dont je fais partie, je travaille également dans un collectif d'élaboration d'une méthode d'apprentissage du français pour les avancés, sur support électronique, à l'intention des étudiants de Langues Modernes Appliquées et de l'enseignement à distance.